Pot-pourri émotif

Ça fait tellement longtemps que je n’ai pas posté que j’ai oublié l’effet que ça fait. Le vide dans ma tête et l’étrange besoin de faire le point, la synthèse à un instant T. Ces trois derniers mois ont été plus qu’intenses, inutiles de vous dire que c’est la raison de mon absence sur les réseaux (sans oublier que nous n’avons toujours pas internet car tout n’est pas complètement fini).

Bref, depuis la dernière fois nous avons:
– réalisé un béton fini au sol sans trop de grande catastrophe + les détails de seuils partout
– vitrifier le plancher de l’étage
– presque fini une cuisine opérationnelle
– sous-couché l’ensemble des murs et peint le plafond
– posé un escalier temporaire en attendant d’avoir du temps et de l’argent pour en faire un plus beau
– fait la plomberie de l’ensemble
– posé une douche et un WC (très très important)
– posé un poêle y compris les conduits
– réalisé un petit chemin d’accès à la maison (important aussi)
1

2

3
Mais le plus important, nous avons emménagé! Malgré une maison inachevée, il fallait bien quitter notre nid citadin car nous ne sommes pas Rotchshild non plus et qu’il nous était nécessaire d’accélérer encore et encore pour nous retrouver enfin. Fini les WE de trois jours à bosser comme un fou sans voir la famille. Fini les WE ultra-physiques où tu sens que ton corps va lâcher mais qu’il tient bon sans trop savoir comment. Pour celles qui sont passées à la maison à l’occasion des cours de couture de Maëva, elles ont bien bien vu que c’est encore bien le chantier. C’est un peu frustrant mais le plaisir de se sentir enfin chez soit et de pouvoir enfin se poser malgré la tonne de choses restant à faire est incroyable.

4

Les architectes sont comme les cordonniers, souvent les plus mal chaussés. Il y a plein de défauts, pleins de loupés, mais j’arrive à voir les belles réussites. Les enfants et Maëva se plaisent dans cette grande maison qui nous surprend chaque jour et à chaque pièce que nous investissons. La lumière rentre de tous les côtés et la maison évolue au fil de la journée. Les espaces qui communiquent entre eux révèlent l’amplitude de sa contenance sans pour autant rendre le lieu austère. Les fenêtres disparates donnent un caractère particulier à chaque pièce, une identité. C’est le résultat de réflexions intenses et d’heureux hasards aussi. Nous sommes en pleine découverte.

5
Nous avons la chance d’avoir des amis en or qui nous ont prêté main forte alors que nous pataugions  dans l’effort. Certains ont peints, d’autres ont piqué, gratté, frotté. Le déménagement fut assez épique aussi. Une dizaine de voyage en break, deux en van plein de cartons et deux voyages de 20m2 pour finir, je ne vous dis pas la fatigue. Mais aujourd’hui nous récoltons le fruit de sacrifices et grands efforts.

6
Je découvre mon bébé qui a grandi sans trop me voir et retrouve Maëva et le croq qui ont patienté. C’est juste bon de les revoir, le bonheur est devant nous!

7
Bientôt je vous montrerai le détail de nos aménagements, c’est promis.

Sebarch

17 comments to Pot-pourri émotif

Leave a Reply to couac Cancel reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>